AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Partagez | 
 

 oh, hello there

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 22/06/2014

MessageSujet: oh, hello there   Mer 24 Aoû - 0:04



loki
ft. Loki - Marvel

___________________________________



AGE — compte à faire, paraît avoir une trentaine d'années
SEXE — m
ORIENTATION — hétérosexuel
CLASSE — au rang de mage débutant
METIER — conseiller royal/paperasseur en chef
CAMP — lui vivant, ça jamais
GRADE — /
ARME — la pile de paperasse de gauche



physique
changing faces
___________________________________



Taille : 1m83
Poids : ~ 72kg
Yeux : Ambre/doré
Cheveux : Brun foncé, voire noir, en général gardés courts
Signes distinctifs : Cicatrice au flanc gauche

Loki est de ces personnes au physique extraordinairement passe-partout. Même si les gens ont tendance à se souvenir de ses yeux, le reste de sa silhouette reste suffisamment commun pour ne pas marquer les esprits, lui offrant la possibilité de se balader à loisir sans se faire forcément repérer.
Sans réelle carrure, mais sans être non plus forcément marqué par un style de vie particulier, il passe facilement inaperçu dans la foule et ne s'en plaint pas.
Dans l'ensemble, il n'impressionne pas plus qu'il marque les esprits, à part peut-être quand il prend la parole. Voix doucereuse, toujours posée, mais qui peut vite se transformer pour devenir cassante, profondément cynique, et qui n'hésite pas à user de mots tranchants, toujours avec ce même sourire vaguement forcé au coin des lèvres.




caractère
slurring phrases
___________________________________



Affable — Cynique — Facetté — Opiniâtre — Patient, mais pas tout le temps — Manipulateur sur les bords — Très bon menteur — Apprend vite — S'adapte bien — Casanier — Observateur — Moqueur — Sait comment mettre les autres en confiance — Accorde difficilement la sienne — Amer — Sévère — A peur, mais ne le dira pas — Montre aux gens ce qu'ils veulent voir — Se dévoile rarement — Joueur — S'ennuie rapidement — Curieux — Critique.

Que vaut de passer inaperçu si on n'en profite pas ? Il met très bien ce principe en action quand il doit évoluer au sein du gratin de Midgard et assurer sa fonction de conseiller royal. Toujours aimable, toujours affable, il montre aux gens ce qu'ils veulent voir, même s'il ne leur dit pas toujours ce qu'ils veulent entendre.
Estimé en tant que conseiller pour son jugement toujours avisé et sa capacité à cerner rapidement les problèmes et la plupart des gens, on a tendance à fermer les yeux sur son côté cynique et moqueur.
Pour ce qui est du reste, il arrive très facilement à obtenir la confiance des autres en usant de ses talents de menteur. Rares sont ses moments de sincérité, et il ne les donnera pas à tout le monde. Il les garde jalousement, comme autant de secrets qu'il ne compte pas révéler. Jusqu'ici, toutes ses stratégies ont parfaitement fonctionné, et il balaie les quelques doutes qui peuvent subsister d'un sourire et d'une petite pique.
Oh, voyons, ce n'est pas vrai, vous le savez !

Il appréciera cependant les moments de calme où il n'a pas besoin de supporter tout le beau monde et de garder sa mine affable devant l'intégralité du gratin, se lassant vite de ces petits jeux de dupes quand il y a trop de monde. Il n'est pas rare de le voir se retirer sous un prétexte quelconque pour rejoindre le silence complet de ses appartements.
Pour autant qu'on le sache, on ne lui connaît aucun talent particulier outre celui d'être particulièrement utile en tant que conseiller royal, et personne n'a eu pour idée de se méfier suffisamment de lui pour éveiller des soupçons chez le voisin.




histoire
nothing changes
___________________________________



Remonter le temps ne sert à rien quand on n'a presque plus de souvenirs d'une certaine vie.
Sa vie a plus ou moins repris avec l'aide d'un plantigrade à la recherche de son déjeuner, et qui n'a pas plus apprécié de voir ledit déjeuner se métamorphoser sous ses yeux. Un poisson en moins, un humain en plus et un ours en fuite. Comptez une belle marque de griffes et la chance d'être à proximité d'une zone peuplée pour ne pas finir par se vider de son sang sur de l'herbe.

Tout ce qui a pu se passer il y a cent soixante-onze ans et plus, la belle affaire, il ne s'en souvient pas, ou en tout cas, pas bien. Des bribes, des flashs, des sensations, des impressions, mais rien de vraiment instructif sur sa vie d'avant.
A part qu'il sait très bien qui il est depuis le début. Ou qui il a été. Autant regarder la vérité en face, pour ce qui est du côté divinité, c'est allé voir ailleurs. Ce n'est pas plus mal. Ça lui a permis de se fondre dans la masse.

Six mois à Midgard, rien que ça. A moins que ce ne soit un peu plus, mais une chose est certaine, cela fait déjà un moment qu'il y est et qu'il a appris à naviguer entre les ombres de la cour du roi. Facile à faire, quand on travaille pour ledit roi et que ce dernier ne se doute de rien. Deux-trois manipulations, par-ci, par-là. Ne pas trop en faire pour ne pas éveiller les soupçons.
Bon sang, ce que le gratin peut être pénible et vain, par moments. Parfois, le rythme est dur, parfois, il se demande ce qu'il fait là.
Tout le monde peut regretter une décision, un jour.
Celle qu'il regrette le plus est sans doute d'avoir accepté d'être le professeur d'un certain prince héritier.

Et il y a encore tellement à faire.



relations
you and me
___________________________________





raiksos

Même si le roi est son employeur en plus d'être mécène des Raiksos, il n'a encore jamais eu l'occasion de rencontrer le chef de camp, même s'il l'a déjà entraperçue dans les couloirs, ni de visiter ledit camp depuis qu'il est arrivé, et ce n'est pas pour lui déplaire. Plus loin il se tiendra d'un nom qui lui est familier, mieux il se portera.




rakennus

Le moins qu'on puisse dire est qu'il n'ira probablement jamais là-bas, ou en tout cas, pas tant qu'il sera en vie, ce qui limite le champ des possibles. Encore un nom qui lui est familier et qui ne lui inspire qu'une chose : rester le plus loin possible. Si le camp Rakennus est mêlé à Ulfdalar, il s'en moque, Ulfdalar est capable de gérer ses ouailles.



frilägen

Sans doute le moins impressionnant des trois camps, même si, encore une fois, il y a un nom familier à la clef. Difficile de rester sérieux en apprenant que ce camp-ci songe à fermer ses portes par agacement de toujours recevoir les condamnés qui sortent de Midgard parce qu'on leur a offert le camp ou la tête.



civils

Il en fait partie, et il se doit de juger au cas par cas. Certains civils sont beaucoup plus pénibles que d'autres, et il en apprécie certains, même si les décisions sont toujours mitigées, même s'il lui arrive parfois de se demander ce qu'il fait là, en fin de compte...




nomades

Petites énigmes à part entière, il apprécie quand même un minimum la discrétion dont ils sont capables, tout en admirant leur incroyable connaissance d'un monde qu'il explore le moins possible parce que les voyages ne le réussissent jamais. Mais ce sont autant de petites têtes libres qui risquent d'être problématiques un jour.





larvex vulgaris
espèce en voie d'expansion

___________________________________



AGE — il augmente. tristesse.
GENRE — genre je déteste les pieds de meubles
UNE QUESTION ? — je t'en ai pas posé que je sache /vlam/
D’OÙ NOUS CONNAIS-TU ? — ah, bonne question
LE MOT DE LA FIN — la fin est proche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 22/06/2014

MessageSujet: Re: oh, hello there   Jeu 25 Aoû - 11:00



sven lindgren
ft. okita souji - hakuouki shinsengumi kitan

___________________________________



AGE — 199 ans
SEXE — m
ORIENTATION — asexuel
CLASSE — épéiste & lanceur de couteaux
METIER — mercenaire
CAMP — rakennus
GRADE — leader
ARME — épée - dagues



physique
meh.
___________________________________



Taille : 1m85
Poids : fluctuant
Yeux : vairons - 1 brun, 1 vert
Cheveux : châtain cendré, courts
Signes distinctifs : gaucher, quelques cicatrices ici et là, hétérochromie & plus vieux qu'il n'en a l'air

Dans l'ensemble, Sven impressionne peu. De stature plutôt élancée, discrète, il a l'air moins dangereux qu'il ne l'est vraiment. Doté d'excellents réflexes, hérités de décennies littérales versées dans le mercenariat, s'il ne peut pas compter sur la force brute, il se montre beaucoup plus agile et rapide que certains éventuels adversaires.
S'il peut très bien se donner l'air faible, il ne l'est absolument pas et a suffisamment appris en presque deux siècles de vie pour mettre à terre quasiment n'importe qui sans trop mal s'en tirer.
Parfaitement conscient de ses atouts, il joue dessus. S'il ne manie pas d'armes dites lourdes, une épée bâtarde à une main et demi fait parfaitement l'affaire, sans compter les dagues sans lesquelles il ne part jamais. Sven est de ceux qui jouent plutôt stratégique que bourrinage intensif.

Toujours simple dans son choix de vêtements, il privilégie ceux qui allient résistance et praticité. Pourvu qu'ils durent un maximum dans le temps, il n'est en soi pas difficile, même si la palette de couleurs est plutôt limitée à des teintes qui se fondent facilement dans n'importe quel paysage, qu'il soit couvert de neige ou boisé. Quant à les rapiécer, il sait très bien le faire lui-même.




caractère
meh.
___________________________________



Sven est méfiant — Sven ne fait de cadeaux à personne — Sven s'entend assez mal avec les gens en général — Sven s'entend mieux avec les animaux — Sven est un brin compliqué — Sven peut se montrer extrêmement pince sans rire — Sven a l'habitude de vivre à la dure — Sven déteste la chaleur — C'est d'ailleurs pour ça qu'il préfère le grand nord — Sven a des moments de douceur — Sven peut se montrer très patient — Mais ça dépend avec qui — Sven se fout globalement de l'avis des autres — Sven n'hésite pas à faire peur — Sven te respecte, si tu le respectes — Sven rêve parfois de balancer une recrue du haut des falaises — Sven a une mentalité de vieux — Sven est contradictoire sur les bords — Sven n'a pas de chance mais n'est pas non plus poissard à ce point — Sven est payé pour faire le sale boulot — Sven ne te rémunérera pas pour faire le tien — Sven est discret, un peu trop parfois — Sven sourit rarement — Sven peut rire — Sven peut être joyeux — Tu ne verras jamais Sven bourré — Sven ne pose presque pas de questions — Sven ne t'a pas demandé de réponse quand même — Sven a un sale caractère — Sven le sait très bien.




histoire
meh.
___________________________________



L'histoire de Sven remonte à il y a un petit moment. Quelque chose comme presque deux siècles.
Fils aîné d'un couple de fermiers, quelque part dans le monde des humains, il a eu une petite soeur alors qu'il avait aux environs de deux ou trois ans. Leur famille s'est arrêtée là. Le fait est que, grandissant, Sven s'est vite aperçu que sa famille à lui ne correspondait pas à certains critères qu'il pouvait deviner chez les autres.

Il s'est très vite aperçu que son père frappait sa mère. En plus de le frapper lui quand son premier défouloir commençait à avoir des hématomes trop visibles pour ne pas soulever les questions du voisinage. Même si leur ferme était isolée.
La seule personne à laquelle Lindgren père n'ait jamais touché était Frey, la petite soeur de Sven.
En-dehors des coups qui pleuvaient souvent le soir, Sven a très vite été entraîné à manier l'épée et les dagues. Il allait pouvoir le découvrir un jour, que son père était un mercenaire affranchi pour avoir promis de donner son fils au métier dès qu'il le pourrait. En plus d'avoir été mercenaire, Lindgren père était, somme toute, un beau salaud.
Au début de son adolescence, il a rencontré un certain Rihen Hael-Telaw, fils d'un noble du coin. Rihen est vite devenu son ami. Mais à Rihen non plus, Sven n'allait rien dire.

Au fil du temps, Sven s'est construit une carapace. Il ne montrait pas ses émotions, arrêtait de se plaindre quand les coups pleuvaient, et laissait sa petite soeur en-dehors de tout ça. Il la laissait avoir une vie, puisqu'elle pouvait, la couvrant quand elle partait s'entraîner à la magie un peu plus loin, au fond des champs, pendant que leur père avait le dos tourné.
C'est à seize ans que Sven a quitté le domicile familial pour terminer sa formation chez des mercenaires, des vrais.

Première mission.
Première réussite.
Premier salaire.
Il avait les deux pieds dans la tombe et il ne pouvait pas faire grand'chose d'autre que continuer d'exercer en attendant de voir s'il avait une solution pour s'en sortir.

Et puis il y a eu le Ragnarök. Immense rigolade, tant qu'on pouvait rire jaune. Sven s'est rallié aux troupes humaines. Il a pu retrouver sa soeur, après l'avoir perdue de vue. Il a pu apprendre la mort de ses deux parents. Il a été triste pour sa mère. Bien fait pour son père, il ne l'avait jamais vraiment aimé.
Il a passé la porte avec quatorze autres joyeux clampins, dont sa soeur, dont Rihen.
Et puis le Ragnarök a pris fin. Et puis le monde a changé, à une exception près. Les humains avaient beau oublier, construire de nouvelles villes, avoir des descendants, il y avait une donnée qui ne changeait pas : le mercenariat. Sven allait y être abonné, encore.

A la création des camps, il prend la tête des Rakennus, parce qu'il fallait bien quelqu'un pour se charger de ça. Et qu'être le grand chef, la tête pensante du groupe, ça laissait un certain nombre d'avantages. Notamment celui de n'avoir de comptes à rendre à personne quand on doit s'absenter.



relations
... meh.
___________________________________





raiksos

C'est le camp de sa petite soeur, et Sven a toujours été secrètement fier de voir que Frey s'en sortait mieux que lui. Il ne va pas souvent voir comment elle se débrouille, mais la connaissant, il en a une vague idée. Ceci dit, il n'envie pas spécialement sa position géographique : bien trop au sud pour lui.




rakennus

Son camp, il faut bien qu'il y croie un minimum s'il veut que l'affaire fonctionne, même s'il s'absente beaucoup et qu'il ne ramasse pas non plus les meilleures recrues du monde. Il a su s'entourer correctement, et il profite largement d'être le grand chef pour distribuer les baffes perdues après les avoir retrouvées.



frilägen

Encore un camp dont il n'envie pas la situation géographique, même si la proximité de la mer lui plaît. Pehr est un ami, quelqu'un qu'il considère énormément, et il déplore simplement l'organisation pratiquement inexistante du camp Frilägen.



civils

Des recrues, plus de recrues ? En général, les petits nouveaux sont issus du peuple. En plus, il traite aussi avec des notables du coin, un certain Eärior perché dans sa citadelle au milieu de la neige. Bref, des civils, il y en a partout, il va bien devoir faire avec. Certains le paient même pour faire le sale boulot.




nomades

D'autres gens, moins posés que les civils, et surtout beaucoup plus intéressants et souvent plus supportables. Il pourrait tout à fait les rejoindre, s'il n'avait pas le camp et le mercenariat, mais au fond, il est quand même content d'avoir un lit dans lequel s'étaler lamentablement le soir sans avoir à le déplacer toute la journée avant.





truc
et je te meh

___________________________________



AGE — Meh.
GENRE — genre je vais te croire ?
UNE QUESTION ? — pas de réponse !
D’OÙ NOUS CONNAIS-TU ? — la blague /pan
LE MOT DE LA FIN — crédibilité, ça rime avec débilité


Dernière édition par Loki le Jeu 25 Aoû - 21:06, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 22/06/2014

MessageSujet: Re: oh, hello there   Jeu 25 Aoû - 11:05



pasi kjell
ft. united kingdom - APH

___________________________________



AGE — 29 ans
SEXE — m
ORIENTATION — hétérosexuel
CLASSE — épéiste
METIER — larbin / ex-pirate
CAMP — frilägen
GRADE — soldat
ARME — épée - tout ce qui lui tombe sous la main



physique
coucou ?
___________________________________



Taille : 1m78
Poids : 70kg
Yeux : verts
Cheveux : blonds, courts
Signes distinctifs : fêtard, lève-tard, sait se battre avec n'importe quoi qui ressemble de près ou de loin à une arme (comme un pied de chaise)

Vous pouvez, si vous le souhaitez, rajouter une brève description de votre personnage.




caractère
nope
___________________________________



Ton problème ?
Tu es incapable d'être sérieux plus de cinq secondes. Le sérieux, ça ne te va pas du tout, et de toute façon, on ne peut pas vraiment dire que tu aies l'intention de l'être d'une quelconque manière. Tu n'aimes pas les gens trop sérieux, tu les trouves ennuyeux. Toi, tu préfères bouger, profiter de la vie, et accessoirement, faire n'importe quoi. Tu ne tiens en place que parce que tu sais que les grands patrons te le feraient payer si jamais le camp s'effondrait à cause de toi.
Et c'est aussi pour ça que malgré tes qualifications, tu n'as toujours pas de poste de gradé. Tu n'es pas assez sérieux pour être gradé, tu passerais ton temps à utiliser ta paperasse pour allumer ta cheminée l'hiver, ou tu la refourguerais à une recrue pour aller faire la fête avec tes camarades. Il faut dire qu'entre fêtards, vous vous entendez bien, et vous êtes souvent en retard le matin pour tout ce que vous êtes supposés faire en tant que soldats.
Fêtard, ça, tu l'es. Tu n'en loupes pas une pour faire la bringue, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur du camp, même si à l'extérieur c'est toujours mieux. A l'intérieur, vous êtes souvent les cinq mêmes de la bande à faire n'importe quoi, à boire et à jouer aux cartes jusqu'au petit matin, ou jusqu'à ce que tout le monde ait perdu au moins une fois aux jeux que vous inventez en même temps que votre taux d'alcool augmente.
Ceci dit, on ne peut pas te reprocher une chose : c'est d'être sacrément borné. Et sans ça, tu n'aurais sans doute jamais dépassé le stade de recrue. Pire, tu ne serais peut-être plus de ce monde, mais ça, on ne va pas s'éterniser dessus. Disons que tu as aussi eu de la chance, et tu as un peu l'habitude. Avoir le cul bordé de nouilles, ça te connaît, parce que tu n'es pas entré dans ce camp pendant ta prime enfance, bien loin de là. Tu y es même entré tard, et on se demande ce que tu y fais, certains jours. La vie rangée des soldats ne te convient pas, pourtant, tu es encore là.
Tu es là parce que tu n'as tout simplement pas le choix. Et on ne t'a pas encore enfermé dans les sous-sols du château, alors tu profites, parce que c'est vraiment tout ce que tu es capable de faire correctement.
Sans négliger tes devoirs de soldat, on ne peut pas non plus dire que ceux-ci t'enchantent, loin de là. Tu admets que tu t'en passerais volontiers, surtout après une soirée entière à faire les andouilles avec tes camarades de couloir, mais tu ne le diras pas. Surtout pas si un gradé passe dans le coin. Tu en as déjà pas mal bavé avec eux, et tu sais que certains ne t'aiment pas : ça tombe bien, tu ne les aimes pas tous non plus.
Certains ont essayé de te raisonner, mais c'était peine perdue. Tu n'as jamais été quelqu'un de raisonnable, sinon, tu ne planquerais pas de l'alcool ramené de la ville dans ta chambre, et tu aurais encore moins tenté de monter une distillerie — qui fort heureusement n'a jamais pu être achevée. Transgresser les règles, ça t'amuse un peu plus que ça ne devrait, mais tu n'es pas spécialement le genre de personne à te poser des questions, du moment que tu peux t'amuser. C'est tout ce qui compte pour toi : s'amuser.
Quitte à dormir jusqu'à midi le lendemain matin.




histoire
voyage dans le temps dans 3, 2, 1
___________________________________



Tu n'as pas tellement de souvenirs de ton enfance. La plupart sont flous, et la seule certitude que tu as, c'est que tu n'as jamais connu tes parents. Ce n'est pas très compliqué à deviner, tu n'as absolument aucun souvenir d'eux, même pas une vague impression. Rien. Quand il est question de ta mère et de ton père, c'est le néant complet.
Tu es natif de Skuld, ce qui peut expliquer beaucoup de choses — notamment ton tempérament de fêtard — te concernant. Tu as grandi à Skuld, élevé jusqu'au milieu de ton enfance par une parfaite inconnue que tu considérais et que tu considères toujours comme ta soeur. Tu n'as jamais vraiment su comment elle gagnait l'argent pour assurer votre survie, et tu n'as pas envie de te poser la question, c'était ta soeur, point barre, c'est amplement suffisant pour toi de savoir ça. Elle est morte quand tu avais six ou sept ans, et à partir de là, tu as dû commencer à survivre seul.

Tu as également appris qu'essayer de voler le capitaine d'une embarcation pirate est tout sauf une bonne idée quand on tient à sa vie, mais depuis deux ans que tu étais un gamin des rues, les risques, tu avais appris à t'en fiche le plus allègrement du monde. Tu avais déjà de la chance d'être envie, et la chance a décidé, ce jour-là, de ne pas te lâcher. Plutôt que de t'expédier par le fond, le capitaine que tu avais essayé de délester de sa bourse a préféré t'embarquer, la chose lui semblant sans doute être une punition plus appropriée pour un gosse.
D'un côté, il n'avait pas tort, parce qu'on ne peut pas vraiment dire que ton expérience en tant que pirate ait été des plus gaies. Entre les abordages et une ou deux tentatives de mutineries, tu as vu ton compte de gens passés par-dessus bord pour servir d'exemple, mais il y avait aussi de bons côtés à être sur ce bateau en compagnie d'un capitaine sensé qui t'a appris à lire, à écrire, et à compter. D'après ce que tu sais, c'était un fils de noble.
Qui avait décidé d'empapaouter joyeusement sa famille et le reste de la société en allant piller les mers. Tu dois bien avouer que tu t'en fichais légèrement, tout ce qui t'intéressait, c'était l'agitation à laquelle tu étais doucement accoutumé pour finir par l'apprécier.
C'est en compagnie de cette bande de joyeux drilles que tu as appris à faire la fête, accessoirement à faire n'importe quoi, et aussi à te battre. A la bagarre, tu te défends, avec ou sans arme, mais c'est tout plus facile quand on a quelque chose à balancer à la figure de l'adversaire.

Cette aventure a duré un moment. Un bon moment, jusqu'à ce que tu aies à peu près vingt-trois ans. Tu étais désormais un membre à part entière de l'équipage, et ce que tu préférais c'était grimper aux haubans pour prendre de la hauteur et regarder l'horizon s'étaler loin devant toi, profiter du mouvement des vagues et de l'odeur salée du vent. La mer te manque, c'est indéniable, mais tu ne te risques plus vraiment à l'approcher.
Parce que quand la royale se mêle de quelque chose, elle s'en mêle bien. Un jour, vous vous êtes faits attraper. Bêtement, en plus, mais vous vous êtes faits attraper quand même. Le capitaine a servi d'exemple : pendu en place de grève. Pas à Skuld, c'était risquer de se faire massacrer par tous les habitants de la ville qui se gère elle-même depuis des décennies, bien contente d'être une place de forbans. La royale ne se risque jamais dans les murs de Skuld, elle sait que c'est complètement suicidaire. En revanche, sur l'eau, les navires comme celui sur lequel tu étais sont plus vulnérables, et après des années sans voir l'ombre d'une voile de la garde, vous faisiez moins attention.

Un mois dans un cachot, tu ne retenteras pas, et c'est pour ça que tu te tiens à distance de la mer, et de Skuld. Pour ça, et aussi parce que tu n'as tout simplement pas la possibilité de partir d'où tu es, maintenant. Pour les membres de l'équipage, on vous avait laissé le choix : mourir, ou intégrer un de ces camps bizarres, ces espèces de milices qui se tapent sur la figure pour savoir qui a le meilleur endroit du monde. Ou une connerie du genre.
Tu as préféré vivre et intégrer un de ces camps. Le choix était laissé à ce cher capitaine des gardes qui a décidé de t'envoyer chez les Frilägen. Tu le soupçonnes d'avoir joué la sélection au dé, ou à pile ou face, mais tant que tu restais en vie, ça t'était un peu égal.

Tu as donc intégré le camp, il y a à peu près cinq ans et demi. Tu as passé les pires jours de ta vie en tant que recrue, entre les brimades des gradés pour vous faire réagir et les bleus qui vont avec les entraînements. Les bleus, les entailles, et éventuellement quelques doigts cassés que tu espères toujours venger, à tes risques et périls. Tu savais déjà te débrouiller avec une arme entre les mains, et en combat rapproché, si tes techniques sont loin d'être conventionnelles, un gradé ou deux a eu la bonté de reconnaître qu'elles sont néanmoins efficaces.
Tu aurais pu avoir un grade, toi aussi. Si tu étais moins con, si tu étais moins insouciant, si tu te servais un peu plus de ta tête pour autre chose que faire n'importe quoi sous le nez de tes supérieurs autant qu'à leur insu, et peut-être aussi si tu te levais un peu plus tôt que midi le matin.



relations
les autres
___________________________________





raiksos

Il a été tenté de le rejoindre, avant d'apprendre que c'était la même royauté qui voulait lui couper la tête qui finance ce camp. Il a très vite revu son jugement, et il n'en est pas plus mécontent, tant les récits sur le chef de camp Raiksos abondent, et ils ne sont pas tous joyeux ni flatteurs.




rakennus

Ce n'est pas pour rien qu'il n'a pas décidé d'aller là-bas : il neige au moins dix fois par an dans ce camp-là, et il a l'air beaucoup plus strict que celui qu'il a choisi. Il laissera les fous qui veulent se retrouver dans cet endroit, mais très peu pour lui !



frilägen

Sans détester le camp, il ne l'apprécie pas non plus parce que c'est tout ce qu'il n'a jamais voulu s'imposer : la discipline, le sérieux, des horaires fixes et l'impossibilité de faire la fête aussi souvent qu'il le veut. Pire, il peut être puni pour la connerie d'un autre sans avoir le droit de le frapper après.



civils

Il était de ceux-là, il y a encore peu. Avant qu'on lui laisse le choix entre perdre définitivement la tête et s'enrôler dans un de ces camps bizarres. Depuis, il les regarde de loin en se demandant lequel des prochains abrutis qu'il voit va les rejoindre.




nomades

Lui qui est très content d'avoir son petit confort, un lit dans lequel faire la larve et un toit au-dessus de sa tête, même s'il aime énormément voyager, ne comprend pas comment on peut passer toute sa vie sur les routes comme ça, sans jamais s'attacher à quoi que ce soit. Après tout, son bateau, c'était sa maison...





qui ça ?
l'autre là.

___________________________________



AGE — [censuré]
GENRE — ♫
UNE QUESTION ? — tu vas en poser d'autres ?
D’OÙ NOUS CONNAIS-TU ? — de là-bas
LE MOT DE LA FIN — fin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: oh, hello there   

Revenir en haut Aller en bas
 
oh, hello there
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
R A D I O A C T I V E :: Votre 1ère catégorie :: Scrontch :: Pwahpwahpwah-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: